17 mai 2021

Interview : Dave Weckl

 

SuperWeckl par Superelien © latoiledesbatteurs.com

Tob : Tout d’abord merci de participer à cette interview. Permet moi de te dire que c’est un honneur pour toute l’équipe que d’avoir ces quelques mots avec toi. Et excuse-moi pour mon anglais approximatif. Peux-tu nous raconter comment tu as découvert ton instrument favori ? Quel âge avais-tu ?

 

DW : J’avais environ 7 ans… ça s’est passé juste après avoir essayé brièvement la guitare. Mon voisin jouait de la batterie, et m’avait montré quelques trucs. J’ai commencé à taper sur des boites posées sur mon lit. Mon père s’est aperçu de l’intérêt que j’avais et m’a acheté un kit très bon marché … Je ne sais vraiment pas pourquoi j’ai voulu jouer de la batterie. Cependant … c’est comme si c’était la batterie qui m’avait trouvé, et non l’inverse.

 

 

Tob : Pour arriver à un tel niveau de maîtrise de l’instrument, tu as du t’entraîner énormément. Quand tu as commencé à apprendre, combien de temps passais-tu derrière ta batterie par jour ? Et maintenant, travailles-tu autant qu’auparavant ?



DW : j’ai passé de très nombreuses heures à travailler quand j’étais jeune. Cela variait avec l’âge et l’époque de l’année, mais c’était toujours beaucoup de temps, aussi souvent que possible après mes devoirs scolaires. Maintenant il y a beaucoup de choses dans la vie qui sont plus prioritaires que la batterie, mais je m’entraîne le plus possible. C’est important aussi de s’arrêter pendant de courtes périodes, ça permet d’avoir une approche plus fraîche quand on recommence … mais pas trop longtemps évidemment …

 

 

 

Tob : Quand tu as l’occasion de donner des leçons privées, quels sont les points sur lesquels tu insistes le plus ?

 



DW : Les bases, les bases, les bases … dans tous leurs aspects… J’enseigne un concept d’approche, pas vraiment comment jouer les choses … un batteur ne doit former qu’un avec l’instrument. Il y a de nombreux aspects fondamentaux qui doivent être acquis pour que cela arrive, cela va de la maîtrise technique, à la compréhension de l’essence du jeu, en passant par comment agencer son kit pour se sentir à l’aise.

 

 

Tob : à ton avis, qu’est ce qu’un bon batteur, quelles sont les qualités requises pour devenir un bon batteur ?



DW : une bonne confiance en son tempo, une bonne sensibilité vis à vis d’un contexte musical pour jouer dynamiquement dans le bon esprit … être capable d’être polyvalent et de s’adapter aux différentes situations immédiatement. Avoir une connaissance étendue des styles, un contrôle total sur l’instrument, la capacité de bien choisir le son de l’instrument (cymbales, fûts, peaux accordage) en fonction d’une situation donnée.

 

Tob : de nombreux musiciens te considèrent comme une sorte d’extra terrestre. Quel est ton secret ?

 



DW : je ne sais pas comment répondre … c’est toujours une histoire de faire de la musique qui sonne, d’avoir le bon feeling, de communiquer des émotions … y’a pas de secrets…

 

 

Tob : Techniquement comment as tu abordé le concept de ton jeu qui mélange batterie et percussions ?

 

DW : il s’agit juste de tisser une toile. Je n’essaye pas vraiment de jouer exactement les parties que le percussionniste jouerait, mais plutôt d’ajouter à un groove de batterie standard un peu d’épices avec des sons supplémentaires.

 

Tob : Ces dernières années, tu as été très souvent impliqué dans le processus d’enregistrement et de mixage. Que peux-tu nous en dire ? Par exemple, utilises-tu toujours des consoles analogiques ou préfères-tu utiliser les ordinateurs ?

 

DW : Et bien, encore une fois, je ne suis pas certain de comprendre la question. Tout ce que je fais est, à la base, ANALOGIQUE, j’entends par là que tout commence par une batterie acoustique qui sonne bien au départ. L’idée est de capturer ce son. Pour cela, j’ai essayé de nombreuses méthodes dans mon propre studio. Désormais, je travaille avec des micros Shure, Pro Tools et un ordinateur MAC, ainsi que quelques preamps micro pour l’enregistrement. J’ai récemment (sur mon CD MULTIPLICITY par exemple) commencé à faire des mix analogiques d’une certaine façon, en faisant sortir le mix de mon protools sur une console de mastering deux voies analogiques. Toutefois, mes pistes résident dans le monde numérique/informatique. C’est beaucoup plus facile pour éditer et mixer grâce au total recall. Je n’utilise que des plug-ins pour traiter le son, jamais aucun appareil externe pour la phase de mixage.

 

Tob : Sur scène, tu joues sur une Yamaha Oak Custom (chêne). Pourquoi ce choix ? Joues-tu sur le même kit chez toi ou en studio ?

 

DW : Et bien, peut être que quand vous m’avez vu, c ‘était une Oak Custom. Habituellement, je joue soit sur des maple ou des Birch (Erable ou bouleau). Chez moi, dans mon studio j’ai une Birch absolute custom qui ne bouge jamais, elle est toujours prête à être enregistrée. J’ai une vieille Maple Custom Vintage qui reste ma batterie de tournée pour la majeure partie des USA. Parfois, en Europe ou en Asie, je dois faire avec ce que Yamaha a de disponible sur le moment. J’avais également voulu essayer le kit Oak, mais j’ai décidé que je préférais les autres bois.

 

Tob : peux-tu nous dire quelle a été ton implication dans la conception de tes caisses claires avec Yamaha. Qu’est-ce qui était important pour toi ?

 

DW : le son et la réponse. C’est la raison du choix des deux timbres, ce qui les rend vraiment particulières. Je n’avais jamais pu trouver une caisse claire avec un seul timbre qui répondait comme je le souhaitais pour tous les sons, c’était soit trop claquant, soit trop relâché. Avec 2 timbres, l’un détendu et l’autre tendu, j’obtiens le meilleur des deux mondes, AU MEME MOMENT.

 

 

Tob : et pour la conception de tes cymbales Sabian ?

 

DW : Le but des HHX EVOLUTION était de créer une cymbale qui respire, qui sonne, qui possède un son de haute fidélité, et vous donne envie de les jouer. Ce qui veut dire : aucune résistance quand vous les frappez. Et aussi de créer une cymbale très riche. Le son que vous obtenez, est celui que j’obtiens, à chaque fois. Nous sommes également en train de travailler sur une nouvelle ligne de cymbales appelée LEGACY, qui devrait être présentée au Namm Show Anaheim CA en janvier prochain.

 

Tob : ton nouvel album s’appelle Multiplicity. A ton avis, qu’est ce qui le rend différent de tes albums précédents ?

 

DW : il a été enregistré en 2005, ce qui me donne 45 ans, avec tout ce qui s’est passé dans ma vie au moment ou j’ai composé ces morceaux. Rien que ceci le rend différent des albums précédents, et je n’ai probablement pas envie d’en dire plus pour le moment…

 

Tob : Ton album « Rhythm of the soul » sonnait un peu plus rock, avec de superbes interventions de guitare par Buzz Feiten. Pourquoi as tu changé de direction ?

 

DW : Il a été enregistré en 1997, ce qui me faisait 37 ans … avec tout ce qui se passait dans ma vie à ce moment là … c’est ce que j’écoutais à ce moment là …

 

Tob : Peux tu nous parler de ta rencontre avec Walfredo Reyes Senior ? Connais-tu son fils ?

 

DW : Je connais ses fils, Danny et Walfredo Junior. Walfredo Senior est un grand homme, possède une énorme connaissance des rythmes, plus particulièrement venant de ses racines cubaines. Nous avons pris beaucoup de plaisir à faire les vidéos ensemble, et j’ai énormément appris.

 

Tob : Connais tu quelques batteurs français ? Quel est celui qui t’impressionne le plus ?

 

DW : Dede Ceccarelli … Définitivement j’adore sa façon de jouer … et c’est un grand homme aussi … Je suis sur qu’il y a d’autres batteurs, mais mon cerveau a du mal pour le moment, pardonne moi …

 

 

Tob : Qu’aimes tu écouter en ce moment ?

 

DW : Gavin DeGraw … C’est une jeune “popstar” ici aux Etats Unis, et c’est vraiment un souffle de fraicheur : bonnes chansons, chanteur brillant, un jeune talentueux… super groupe aussi… allez les voir en concert si vous pouvez … Rodney Howard est le batteur, et il assure grave.

 

Tob : quels sont tes projets en cours ou à venir ? Y a t’il un nouveau projet avec Chick Corea à venir en électrique ou acoustique ?

 

DW : mon groupe reste mon but principal et mon travail à plein temps… Je suis sur qu’il y aura de futures collaborations avec Chick, mais aucune idée de quand. J’ai aussi quelques dates avec Mike Stern dans un futur proche, mais surtout beaucoup de choses avec mon groupe. J’ai aussi des engagements avec Sabian et Yamaha pour des Clinics, et des projets d’enregistrement pour d’autres artistes ici à la maison.

 

Tob : ton CD d’entrainement “in session drum’” de Rythm of the Soul a connu un beau succès, vas tu réaliser d’autres CD comme celui-ci ?

 

DW : oui, il y a des projets d’en faire quelques uns comme celui-ci avec mes autres enregistrements, en tout cas pour la batterie. J’ai juste besoin de trouver le temps de le faire !

 

Tob : Quand les français peuvent-ils espérer voir le Dave Weckl Band en concert en France ? Seulement à Paris ou peut être dans d’autres villes de Province ?

 

DW : Nous devrions être de retour en Europe au printemps 2006, alors gardez un œil sur mon site web … Nous espérons passer en France ainsi que dans d’autres villes à travers l’Europe.

 

Tob : et maintenant la question traditionnelle de la Toile des batteurs : si tu devais boire un verre avec une personne vivante ou disparue, qui serait-ce et pourquoi ?

 

DW : hmmmm, c’est une bonne question … Je pourrais trouver plusieurs réponses… en fait je dirais qu’il y aurait DEUX personnes en même temps … l’une est décédée, et l’autre non … Les deux étaient amies en plus, et passer un moment avec elles aurait été impressionnant. Je veux parler de Freddie Gruber et Buddy Rich. J’ai passé sufffisamment de temps avec Freddie pour avoir la sensation que j’ai été en sa présence avec Buddy à de nombreuses reprises … mais le vivre réellement aurait été une expérience incroyable.

Tob : merci à toi d’avoir donné un peu de ton temps à la Toile des batteurs, c’est vraiment un honneur pour toute l’équipe !

 

DW : My pleasure … all the best !

 

 

Dave Weckl

Laisser un commentaire