17 mai 2021

Cindy Blackman

Cindy Blackman ne vous évoque peut-être pas grand chose.

Pourtant, si vous regardez un temps soit peu la télévision et les clips, notamment ceux de Lenny Kravitz, vous ne pouvez avoir manqué la crinière fournie et en bataille de la batteuse …

 

Elle se déchaine sur ses fûts et donne de la puissance aux composition du Maître Kravitz, mais c’est surtout dans la finesse du jazz que son jeu prend toute son ampleur…


Entrons dans l’univers palpitant et varié d’une des batteuses les plus connues et reconnues.

 

Tob : Pendant ta tournée avec Lenny, tu as utilisé un kit minimaliste. Etait ce ton choix ou celui de Lenny ? Quel modèle était-ce ?

 

Quand j’ai rejoint Lenny en 1993, il m’a demandé de jouer sur un kit simple, parce qu’il disait qu’il avait vu de nombreux batteurs jouer sur de grosses batteries, mais cela ne rendait rien. Il voulait que je joue sur un kit simple mais que cela donne et que j’utilise au maximum tous les éléments car c’est tout ce dont un bon batteur a besoin.

Ca n’a pas été un problème pour moi, car j’ai joué sur de petits kits, comme sur des batteries plus importantes. Je suis à l’aise sur les deux. Le modèle que j’ai utilisé avec son groupe était une Sonor.

Mais à présent, je joue sur une Gretsch. J’ai commencé à jouer sur cette batterie en février 2005 avec Lenny. Nous sommes en tournée depuis mars 2005, et le son de cette batterie est incroyable ! Sur cette tournée, on a commencé à répéter une chanson qui s’appelle « God is love », qui est jouée avec des toms aux sons très graves et profonds. J’ai alors rajouté un 2eme tom bass, pour donner plus de profondeur et de graves dans les notes.

 

 

Tob : Peux tu nous parler de la rencontre avec Lenny ? Qui des deux a voulu rencontrer l’autre ?

 

Lenny et moi avons un ami en commun, un saxophoniste du nom de Antoine Roney. Un jour, Antoine me parle d’un certain Lenny qui, à ce moment là, était marié à Lisa Bone. Je ne savais pas qui était Lenny, mais je connaissais Lisa. Antoine me dit que Lenny aimait les batteries Gretsch et les cymbales Zildjian. Je me suis dit alors qu’il devait être un vrai rockeur ! Lenny cherchait un batteur depuis un an et demi, et Antoine m’a demandé si j’aimerais lui parler, lorsqu’il l’aurait au bout du fil, s’il était toujours à la recherche d’un batteur. J’ai répondu « oui ».

Quelques mois plus tard, Antoine m’appellait : il était en ligne avec Lenny Kravitz. Nous avons commencé à discuter, et Lenny m’a demandé si j’avais une batterie « opérationnelle » dans mon appartement. J’ai répondu « oui ». Il m’a alors demandé de jouer pour lui au téléphone! J’ai joué environ cinq minutes. Je l’ai repris en ligne et lui ai demandé si le son était net et si il avait pu entendre quoi que soit. Il m’a répondu « OUI »! Il me dit »je suis à Los Angeles, tu peux venir tout de suite? ».

 

J’ai accepté immédiatement. Il m’a dit que ce serait pour un ou deux jours, le temps de jouer avec son groupe, et voir comment ça sonne, sans aucun engagement. J’ai pris quelques affaires de rechanges et j’ai embarqué sur le premier avion à 6h. Le lendemain matin, Lenny est venu me chercher en personne, j’ai trouvé ça très gentil. Nous sommes arrivés dans la salle de répèt, mais les instruments n’étaient pas encore là. Alors que j’attendais, j’ai vu arriver une personne avec une caisse claire, puis une autre avec des baguettes, puis encore une autre, avec une pédale de grosse caisse. J’ai réalisé que ce n’était pas mon kit qui arrivait, mais de nombreux autres batteurs !!! Alors que je pensais participer à une session décontractée, cela se révélait être une vraie audition avec 35/40 autres batteurs en compétion !

 

J’ai auditonné… Et au lieu de rester deux jours, je suis restée 2 semaines ! J’ai découvert le matériel et j’ai répété avec le groupe. Nous avons passé le nouvel an tous ensemble. A la fin des 15 jours, j’ai tourné ma première vidéo avec Lenny (« are you gonna go my way »). A la fin du tournage, Lenny m’a demandé si je voulais me joindre au groupe. J’ai accepté et je lui ai demandé : « ça commence quand? ». Il m’a répondu que ça avait commencé depuis 15 jours !

 

Tob : Quand tu joues avec Lenny Kravitz, peux tu t’exprimer musicalement comme tu le souhaites ?

 

J’ai joué tel que cela était sur le disque, mais j’ai également rajouté de petites choses personnelles.

 

Tob : Sur quel album as tu le plus travaillé ?

 

Je n’ai joué que sur le titre « Straight Cold » de l’album « 5 ». (Ndw : Lenny joue la batterie lui même sur la plupart de ses albums)

 

Tob : Tu as enregistré le fameux « tribute to Deep Purple According to New York ». TM Stevens, Ritchie Kotzen, ont pris part dans ce projet. Qui t’a demandé de venir jouer ?

 

C’était le projet artistique de TM and c’est lui qui m’a demandé d’y prendre part. On s’est bien marré !

 

 

 

 

Tob : Ca fait quoi de se retrouver à la place de Ian Paice et jouer Smoke on the water et Space Truckin ?

 

Nous avons passé un excellent moment !! Tout a été super. Nous avons fait de la bonne musique, nous avons ri,et la nourriture était excellente!!!!!!! Alors,j’ai passé un très bon moment.

 

Tob : Joues-tu d’autres instruments ? Quels autres intruments aimerais tu savoir jouer ?

 

J’utilise le piano pour composer mais je ne le joue pas vraiment. J’aime plusieurs autres instruments, mais j’ai bien assez à faire pendant mes déplacements, et ma quète est de devenir une virtuose de la batterie !

 

Tob : Les batteuses célèbres sont bien moins nombreuses que les batteurs, comment expliques tu ceci ?

 

Non , je ne l’explique pas.

 

Tob : Dirais-tu qu’il y a une différence entre le jeu d’un batteur et d’une batteuse ?

 

Non, tout dépend de l’individu. Un enfant ou un adulte (qu’il soit homme ou femme), peut pratiquer la batterie, et atteindre le niveau qu’il ou elle s’autorise, en consacrant le temps et l’énergie necessaires à développer leurs compétences. Le talent est basé sur l’implication, et Non sur le sexe !

 

Tob : Quels conseils pourrais tu donner à une jeune apprentie batteuse, qui voudrait se lancer dans une carrière professionnelle (jeune comme tu l’étais quand tu as commencé), dans un monde encore monopolisé par les hommes ?

 

Il faut être consciencieux dans son métier , être déterminé à atteindre ses objectifs et être sans cesse à la recherche de la perfection.

 

 

 

Tob : Tu as joué avec de nombreux artistes, et tu as ton propre groupe aussi. Est ce que tu penses que tu as les mêmes responsabilités, le même rôle dans les deux cas de figure ?

 

Je prends toujours la responsabilité de ne faire qu’un avec la musique, d’être créative, que je sois leader du groupe ou non. Cependant, dans mon groupe, j’ajouterais également la responsabilité de diriger la musique qui est jouée, de choisir le son du groupe et de veiller à la présentation.

 

Tob : qu’est ce qui caractérise ton jeu ?

 

Je dirais le feeling, le son, le style, la technique et l’attitude.

 

Tob : quels sont les rythmes que tu préfères, lesquels et pourquoi ?

 

J’aime m’amuser avec la plupart des rythmes et de trouver en chacun d’eux une raison de s’éclater. Mais j’affectionne particulièrement les ostinatos dans des mesures composées, les lignes de walking bass (*), des croches au charleston sans fioritures, les grooves funky, et les lignes jazz rock.

Tob : As tu des projets en cours ?

 

Oui , j’ai un nouvel album ‘Music for the new millennium’ qui sera en vente sur mon site , www.cindyblackman.com.

J’ai aussi une nouvelle version avec mon groupe car récemment j’ai ajouté une guitare à la place du synthé. La musique a pris une toute autre forme, c’est plus jazz /rock. Dans un sens ça a quelque chose de plus.

Les membres sont Fionn O Lochlainn (guitare), JD Allen (sax) et George Mitchell (basse).

De plus, je suis rentrée en studio recemment et j’ai enregistré avec seulement la guitare, basse et batterie. Cet album sortira au début de l’année et sera également en vente sur mon site. J’ai utilisé la même section rythmique de Fionn & George.

 

 

Tob : Et enfin, la question traditionnelle de la Toile des batteurs : si tu pouvais prendre un verre avec une personne morte ou vivante, qui serait-ce ?

 

Tony Williams bien sûr !!!! C’est mon héros et le musicien le plus prolifique que j’ai jamais rencontré ! Mais désolée je dois ajouter 2 noms : j’aimerais prendre un verre avec Moise, qui est l’incarnation de l’humilité, de la force et de l’amour impartial , et aussi bien sûr avec Jesus qui représente l’amour total.

 

www.cindyblackman.com

 

(*) Notes de traduction :

 

Ostinato : figures répétitives

 

Walking bass line : ligne de basse jazz plutot ternaire

 

Straight ahead notes = débit de croches binaires (tout droit), Cindy veut certainement dire : des croches au charleston sans fioritures (bien carré, bien rock)

 

 

Nala – Décembre 2005

 

Traduction : Nala & DefLep et merci Eric Thievon !

 

 

Pour réagir à cette interview, cliquez ici !

 

Crédits photos par ordre :

 

Jimmy Bruck, inconnu, Jimmy Bruck
Paul Bolotinski, Jimmy Bruck
Jo Lopez, Steve Rinkov.

Laisser un commentaire